100ans

Actualités

dav

Un démarrage réussi pour l’unité d’enseignement élémentaire autisme de Tremblay-en-France

Mardi 3 décembre 2019

Ce matin, mardi 3 décembre 2019, Vivre et devenir a inauguré l’unité d’enseignement élémentaire autisme (UEEA), installée au sein de l’école primaire Eugénie Cotton à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis).

La cérémonie s’est déroulée dans la classe en présence des enfants, de leurs parents, de l’équipe pédagogique ainsi que de Léa Meyer, chargée de mission à l’agence régionale de santé d’Île-de-France et de Caroline Plet, inspectrice académique.

L’unité d’enseignement élémentaire autisme accueille, depuis septembre 2019, cinq enfants âgés de six à dix ans, ayant des troubles du spectre de l’autisme. Il est prévu qu’en janvier 2020, deux nouveaux élèves intègrent la classe.

L’équipe pédagogique est composée de quatre professionnels :

  • Un instituteur spécialisé et une assistante éducative d’élèves en situation de handicap (AESH) issus de l’Éducation nationale
  • Une éducatrice spécialisée et une accompagnante éducative et sociale (AES) issues de l’institut médico éducatif de Soubiran (Villepinte)

Selon Florian Fenerol, instituteur spécialisé : « Nous mettons tout en œuvre pour favoriser une vraie inclusion des élèves au sein de l’école. Ils participent aux défis proposés par l’établissement, mangent à la cantine et passent la récré avec les autres élèves. Des élèves des autres classes viennent faire des activités avec nous. »

Tous les matins, après un temps de regroupement, les enfants suivent quatre ateliers individuels d’une durée de vingt minutes chacun. Ces ateliers peuvent être pédagogiques, de langage, de manipulation ou encore des jeux de sociétés. Des moments d’autonomie sont également mis en place pour les préparer au mieux à la vie scolaire. Les après-midi sont consacrées aux activités de groupe telles que la danse, la musique et le chant. Jennifer Gonet, éducatrice spécialisée, explique : « Nous nous adaptons au rythme de chaque enfant et nous nous interrogeons à chaque fois sur la meilleure manière de faire, nous ne restons pas sur nos acquis ».

Deux mois après sa mise en place, cette classe adaptée est approuvée par les parents. Philippe Di Sienna, le papa de Marius 6 ans, témoigne : « C’est une chance inespérée d’avoir pu obtenir une place dans ce dispositif car il y a une équipe formée et motivée pour s’occuper de nos enfants. Marius est heureux d’aller à l’école et il fait des progrès au niveau de son comportement ».