100ans

Actualités

Le développement de l’habitat inclusif s’accélère

Mercredi 16 septembre 2020

Depuis le mois d’août, cinq personnes en situation de handicap psychique ont pu trouver un logement pérenne en appartement individuel ou partagé dans trois appartements situés à Bagnolet, grâce au développement de l’offre de l’habitat inclusif de Vivre et devenir en Seine-Saint-Denis. Pour les résidents, avoir enfin un chez soi leur permet de regagner confiance, comme l’affirment Steeve et Kevin, tous les deux âgés de 25 ans et qui partagent l’un des appartements : «  Poser nos valises dans ce lieu nous redonne espoir dans l’avenir et l’assurance qu’une vie normale sera possible, malgré notre handicap. »

Vivre et devenir gère déjà deux résidences accueil dans le département, qui ont permis à une cinquantaine des personnes ayant un handicap psychique de retrouver un logement individuel, tout en bénéficiant d’un suivi adapté. Suite à un appel à projets de l’Agence régionale de santé Île-de-France, Vivre et devenir a pu embaucher une personne à mi-temps missionnée pour trouver de nouvelles solutions d’habitation pour ce public particulièrement vulnérable, dont la faiblesse de ressources économiques et le risque d’instabilité psychologique rendent difficile l’accès au logement.

L’habitat inclusif consiste à offrir un habitat pérenne et accompagné à des personnes en situation de handicap psychique. Selon les besoins des personnes, il peut prendre plusieurs formes : résidence accueil, appartements partagés, appartements individuels… Le principe est de pouvoir mutualiser les prestations de compensation handicap des résidents pour offrir un accompagnement à domicile. Les bailleurs louent des appartements à Vivre et devenir, qui les sous-loue ensuite aux personnes.

L’association coordonne aussi l’offre des services adaptés, grâce à des partenariats avec des services d’aide à domicile (SAAD) et des services d’accompagnement médico-social pour adultes handicapés (SAMSAH), spécialisés dans la santé mentale. « La logique de partenariat est indispensable pour que ce type de logement fonctionne. Pour ces appartements, nous sommes soutenus par le bailleur social Sequens, le SAAD Auxi’life, le SAMSAH Iris Messidor, la Maison départementale des personnes handicapées et le centre médico-psychologique du 93», explique Karima Ladjel, qui coordonne le développement de l’habitat inclusif en Seine-Saint-Denis.

Vivre et devenir souhaite poursuivre le développement d’appartements partagés et est en discussion avec Sequens pour trouver d’autres logements dans le département de la Seine-Saint-Denis.  Par ailleurs, l’association a été retenue en juillet par le département de la Marne pour développer des places d’habitat inclusif à Epernay et réfléchit à d’autres projets en Île-de-France.