100ans

Actualités

Projet #LeSportChezNous : l’art de la lutte au Foyer Isabelle

Mardi 4 juin 2019
Chaque mois, l’association Vivre et devenir vous présente un des sports pratiqués dans ses établissements, dans le cadre du projet photographique "Le Sport chez nous". Après la boxe et la voile, le reportage du mois de mai est consacré aux séances de lutte du Foyer de jour Isabelle (Bobigny).

Tous les vendredis depuis janvier 2019, Maxime Do Nascimento, éducateur spécialisé ayant pratiqué la lutte de haut niveau pendant plus de 15 ans, organise des séances de lutte d’1h45 dans le gymnase du Foyer Isabelle. Les séances sont ouvertes à l’ensemble des 41 résidents en situation de handicap mental du Foyer. Les cours de lutte sont organisés en partenariat avec le club de lutte de Bagnolet (Seine-Saint-Denis), qui a mis à disposition du foyer des tapis.

 

Un groupe d’une quinzaine de résidents, dont 4 femmes, a participé à la séance de lutte organisée le vendredi 5 mai. Au début, les résidents du foyer aident Maxime à installer les tapis. Maxime leur explique ensuite le déroulement de la séance et leur demande s’ils se souviennent des règles. Les résidents répondent tous en même temps : « Ne pas mordre », « ne pas tirer les vêtements », etc. Maxime leur rappelle ensuite qu’il faut mettre son adversaire sur le dos pour gagner un combat de lutte.

 

Après les divers rappels, les résidents marchent, trottinent et s’étirent pendant 15 minutes. Ensuite, ils se réunissent autour de Maxime sur les tapis pour échauffer les différentes parties du corps. L’éducateur spécialisé en profite pour leur faire réviser le vocabulaire de l’anatomie : « Comment ça s’appelle ? », demande-t-il en désignant son poignet, qu’il fait tourner. « Le poignet ! » répondent les résidents en cœur. Maxime pose souvent des questions pour créer un moment d’échange basé sur la confiance.

           

« Les sports de combat à mains nues sont très importants dans le rapport à l’autre : beaucoup des adultes du foyer ont des difficultés avec le contact. Ces séances aident aussi les personnes qui ont des problèmes de violence : c’est une confrontation physique mais elle reste cadrée et dans un environnement de confiance. Cela leur permet d’apprendre à se canaliser », explique l’encadrant.

 

Des combats amicaux pour gagner en confiance

 

L’éducateur spécialisé forme des duos de lutteurs, en fonction du genre et du poids de la personne. Les résidents commencent par des exercices de contrôle, qui consistent à faire sortir l’adversaire de la zone de lutte. Ensuite, les combats de lutte commencent. Karim et Rachid, sont les premiers à passer devant le groupe. Le combat commence : Karim tire sur les jambes de Rachid jusqu’à ce qu’elles cèdent et l’accompagne dans sa chute avant de le maintenir au sol, dos contre le tapis. Les autres groupes passent sous les applaudissements des spectateurs. « J’aime bien la lutte, il y a une bonne ambiance et on est toujours nombreux aux séances. Il y a de beaux combats », raconte Sihem, une jeune femme accompagnée par le Foyer Isabelle. A la fin de la séance, Maxime revient sur les meilleures prises et les erreurs des lutteurs débutants et leur apprend de nouveaux enchaînements.

 

« On a signé une convention avec Didier Duceux, Président du club de lutte de Bagnolet. S’ils continuent de progresser comme ils le font, certains résidents pourront prendre une licence auprès du club. Cela leur permettrait  de s’entraîner dans un autre environnement et d’échanger avec des personnes du milieu ordinaire », explique André Guéneau, chef de service du Foyer.

 

Découvrez la vidéo Youtube et les photos des séances de lutte :